Logo Université Laval Logo Université Laval

Faculté d'aménagement,
d'architecture,
d'art et de design

Le Fil | Arts et sciences pour verdir Québec

 

Article paru dans le Fil le 17 mai 2018 par Matthieu Dessureault


Des membres de la communauté universitaire participent au programme Demain la forêt, qui vise à favoriser la plantation d’arbres sur les terrains privés de la ville de Québec

C’est Jérôme Dupras, président de la Fondation Cowboys Fringants et bassiste du célèbre groupe, qui en a eu l’idée: créer un programme de plantation d’arbres basé sur la science et les arts afin d’améliorer la résilience et la santé de la forêt québécoise. Lancé en collaboration avec la Fondation David Suzuki, le Jour de la Terre et La Tribu, ce projet prend son envol à Québec. Concrètement, il prendra la forme d’un guichet unique destiné aux citoyens et aux entreprises désireux de verdir des terrains privés résidentiels, institutionnels, industriels et commerciaux.

En plus des arbres, les participants pourront bénéficier de l’expertise de chercheurs en foresterie. De fait, des comités scientifiques seront formés pour fournir des connaissances sur la plantation en milieu urbain. «La forêt urbaine comprend des défis qui lui sont propres, notamment en raison de la pauvreté des sols. Souvent, les terrains en ville sont de très mauvaise qualité. De plus en plus, les citoyens s’impliquent pour reverdir certains quartiers et augmenter la couverture arborescente de leur ville, mais on assiste à des échecs de plantations. L’expertise de nos chercheurs sera donc très utile», indique Louis Bernier, codirecteur du Centre d’étude de la forêt.

Tout comme l’Institut des sciences de la forêt tempérée et le Centre de la biodiversité du Québec, cette association a invité ses membres à se mobiliser pour la cause. À l’heure actuelle, ils sont plus de 70 chercheurs à travailler sur différents projets, que ce soit en biologie, en écologie ou en aménagement forestier. «Pour nous, ce programme est une occasion de nous rapprocher de la ville. Beaucoup de chercheurs qui travaillent sur le terrain le font en dehors des centres urbains. L’idée n’est pas d’arriver avec nos gros sabots en disant “voici, nous avons les connaissances”, mais plutôt de donner des conseils et de partager l’expérience que nous avons», précise Louis Bernier, aussi professeur au Département des sciences du bois et de la forêt.

{…}

Lire l’article complet : Arts et sciences pour verdir Québec